Le rebond des actions canadiennes

Toronto

Les actions canadiennes seraient peut-être dues pour rebondir fortement. C’est l’avis « contrarian » qu’on commence à entendre chez les gestionnaires institutionnels. Comparé aux indices boursiers mondiaux et américains, notre TSX traîne les pieds depuis bientôt 15 mois. Depuis janvier, il a reculé de -4%. À 15 666, il est légèrement au-dessus de son sommet de 2014. Juste derrière la Suisse, le marché boursier canadien affiche la seconde pire performance dans les économies développées.

S&P/TSXNotre croissance économique d’est en ouest, à la remorque de l’immobilier résidentiel semble s’essouffler. Rappelons que sur l’échiquier mondial, le poids économique canadien ne représente que 4%. Le petit S&P/TSX qualifié par des opérateurs de marché de Wall Street d’indice de Mickey Mouse se cherche une direction. Dans les capitales financières, on s’en moque sans ménagement. Il faut avouer que ça ne fait pas très sérieux, lorsqu’on s’aperçoit que 69% des titres négociés sont concentrés dans 3 secteurs soit les matériaux, l’énergie et la finance. À mes yeux, acheter un FNB indiciel calqué là-dessus en’est pas très sérieux.

Le S&P/TSX, ce n’est pas ça de la diversification! Mais pourquoi détenir des titres canadiens alors? Parce ce que cela représente notre marché domestique. Pour l’investisseur canadien, détenir des actifs dans sa monnaie et dans son économie, c’est pratique et souvent rentable. Fiscalité avantageuse, moins de frais de recherche ou de conversion de devise, accès facile à l’information, surveillance des marchés…etc.

Autre point à considérer; de nombreuses actions canadiennes procurent de très bons dividendes moins imposés que ceux provenant de sources étrangères. Notre patience est donc récompensée. Pensons à TELUS qui offre 4,36%, CI Financial donne 4,94%, CIBC verse 4,44%, Emera est à 5,46% et le dividende estimé d’Enbridge est de 6,24%.

Dans le viseur 

Fiera capital administre près de 130 milliards pour des fonds de placement, de pension et pour des fortunes privées. Les stratèges de Fiera considèrent que le S&P/TSX pourrait bien nous surprendre en 2018. Ils le voient terminer l’année à 17 300. Ce rebond de 2000 points propulserait donc l’indice de 13,3%. Pourquoi?

La croissance mondiale est assez synchronisée et cela donnerait la poussée nécessaire afin que la demande pour les ressources canadiennes démarre solidement. Même le prix du pétrole pourrait nous aider. On sait que les tensions géopolitiques servent souvent de déclencheur d’une hausse du prix du baril, mais cette fois c’est plutôt la demande provenant des pays émergents qui provoque le signal d’achat. Même l’Arabie Saoudite estime que le prix du brut pourrait atteindre les 80$ le baril. De quoi, effectivement faire décoller plusieurs titres de la bourse canadienne.

Des actions à surveiller

Voici quelques actions canadiennes avec un beau potentiel de gain en 2018. Ces dernières ont toutes fait l’objet d’un rehaussement du cours cible par les principaux analystes de marchés interrogés par Thomson Reuters.

  • Suncor Energy SU-T
  • Cenovus Energy CVE-T
  • Prairiesky Royalty PSK-T
  • Superior Plus SPB_T
  • Teck Resources ECK.B
  • CAE CAE-T
  • Canadian Pacific Ralway CP-T
  • Dollarama DOL-T
  • Husky Energy HSE-T
  • Manulife MFC-T
  • Embridge ENB
  • Quebecor QBR-B