Projections financières et gestion privée

Par 25/04/2014 planification
caisse-enregistreuse

caisse-enregistreuseLorsque Major Gestion Privée reçoit de votre part un mandat d’élaboration d’un plan de décaissement ou d’épargne, nous devons nous servir des bons chiffres. On ne peut pas « présumer » que la partie en actions de notre portefeuille fera ad vitam aeternam du 15 ou 20%. C’est oublier trop vite les nombreux replis, corrections et même les krachs comme celui de 2008. Il faut prendre des taux raisonnables, mais sans tomber dans le fatalisme. 

Chaque année l’Institut québécois de la Planification financière (IQPF) étudie la question et prépare des taux que les planificateurs financiers se doivent d’utiliser. Si vous faites des projections, vous servir des mêmes chiffres est plein de gros bon sens.

  • Pour les emprunts on suggère d’utiliser 5%.
  • Historiquement le taux d’inflation avoisine les 2%.
  • Pour les rendements de placement à court terme, il vaut mieux opter pour 3%.
  • Afin de simuler les rendements des titres à revenus fixes comme les obligations,  4% devrait être la norme.
  • Pour les actions canadiennes, l’IQPF recommande de se baser sur 6,5%. Quant aux actions étrangères, on recommande d’utiliser un rendement supplémentaire de 1% au maximum.

On remarquera que depuis 2009, les rendements des placements et des taux d’emprunt ont diminué de 0,75%.

Ces chiffres clefs des normes d’hypothèses sont le fruit de réflexion d’un groupe de travail de sept experts. L’IQPF met en garde le public contre une utilisation de ces chiffres pour préparer des prévisions à court terme. Il faut voir ces derniers comme des outils d’évaluation des valeurs futures à LONG TERME comme des revenus de retraite et des besoins d’assurance vie.