Une rente mensuelle de 258 000$ pour la gagnante de 50 millions

Par 10/05/2016 finance
Lune

Marie-Claude Turcotte, 74 ans de Sorel-Tracy a remporté le gros lot de 50 millions du Lotto-Max! Chez Loto-Québec hier, elle a lancé à la blague qu’elle rêve de faire un voyage sur la lune. En effet, avec 50 millions les rêves les plus fous sont à sa portée! Mais que représente concrètement une cagnotte pareille?

Comme vous le savez, j’oeuvre dans la gestion de patrimoine depuis bientôt 20 ans. Oui, il arrive qu’on doive conseiller des gens qui possèdent des montants similaires et même supérieurs. Mais où et comment investir ce magot? Avec une fortune de cette ampleur, même de petits intérêts représentent d’importantes sommes. Alors, il va de soi que la phrase qu’on entend le plus souvent est: “Placez ça de façon prudente!”. Pas besoin d’un dessin pour saisir qu’il n’est pas nécessaire d’investir dans les actions à la bourse.

L’autre aspect moins connu concerne le type de produit à utiliser pour répondre aux besoins des millionnaires comme madame Turcotte. Après avoir éliminé le risque de la volatilité des actions comme produits d’investissement, il faut se soucier de la fiscalité. Les gains de loterie ne sont pas imposables, mais les gains et intérêts qu’ils engendreront le sont. C’est pour cela qu’on ne proposera JAMAIS de CPG (Certificats de placements garantis). Ces derniers sont les produits de placements les plus fortement imposables et sont “gelés” pour des périodes variant d’un à 10 ans. Dans l’état actuel des taux directeurs, les CPG ne sont payants que pour les banquiers et les gérants de caisse pop “assoiffés de bonis”. Avec son montant Madame Turcotte entre maintenant dans une catégorie qui exclue les produits financiers de détails conventionnels qu’on retrouve à l’institution du coin de la rue. Elle doit se tourner vers les cabinets de gestion de patrimoine qui administrent déjà des montants importants pour des caisses de retraite, des fiducies familiales et de la clientèle fortunée. Des institutions habituées de gérer avec rigueur et extrême prudence.

4% pour la vie

Les obligations gouvernementales et de sociétés de grande qualité sont plus sécuritaires et bien plus payantes que les CPG. Lorsqu’elles sont constituées en portefeuille structuré en corporation, elles n’engendreront plus d’intérêts fortement imposables, mais du gain en capital reporté et un peu de dividendes. On parle aussi de “Catégorie de sociétés”. Les cabinets en gestion de patrimoine avant-gardistes comme Assante, sont bien au fait de cette particularité et savent identifier les structures les plus adéquates disponibles sur le marché. Dans l’état actuel du marché, on peut viser un rendement moyen annuel de 4% net de frais.

Madame Turcotte pourrait en principe vivre avec 2 millions de revenus annuellement sans même entamer son capital de 50 millions. Si elle souhaitait TOUT dépenser, elle pourrait alors se permettre de dépenser 3,1 millions $ par année pendant 25 ans. Cela correspond à 258 333$ de rente mensuelle ou 59 615$ par semaine. Belle rente, n’est-ce pas?

Si vous gagnez le gros lot

  • Ne retenir que des produits 100% rachetables en tout temps
  • Les CPG ne sont pas appropriés (même pour les petits montants)
  • Les obligations gouvernementales et de sociétés sont plus payantes
  • Exigez des placements en “Structure corporative”
  • Décaissez votre capital et laissez les gains s’accumuler