La meilleure façon de décaisser ses économies

Par 10/01/2017 planification
decaisser-ses-economies-01

Si vous approchez de la retraite, lisez ce qui suit. Un beau sentiment de liberté vous habite, mais il est peut-être accompagné d’une insécurité financière. En faisant l’inventaire de vos épargnes, vous constatez probablement que le retrait de vos placements représente un beau casse-tête. En effet, pour la plupart des retraités l’accumulation s’est faite de manière désordonnée.  Une majorité de Québécois n’a pas de plan de retraite et a simplement improvisé au gré des saisons.

Démêlez-moi ça, ça presse!

Voici un cas bien réel que j’ai pu observer récemment. Sylvia et Miguel ont 65 ans. Ils ont un train de vie plutôt modeste, mais leurs économies sont tellement dispersées qu’ils peinent à s’y retrouver. Ils ont des comptes REER et CELI dans 3 banques et 2 caisses et auprès d’une compagnie d’assurance. Ils possèdent un immeuble à 4 logements qui procure un revenu intéressant. Miguel a été employé d’une papetière pendant de nombreuses années et son ancien fonds de pension végète depuis 18 ans dans un CRI (compte de retraite immobilisé) dans une banque virtuelle. Le couple possède également, un fonds d’urgence qui s’est tellement gonflé au fil des ans, qu’il représente 3 ans de salaire. Cette somme languit dans un simple compte d’épargne sans intérêt.

Sylvia et Miguel n’ont pas une idée très claire des capitaux disponibles pour la retraite. Encore moins de la manière appropriée pour transformer tout ça en revenu régulier de retraite. Voici les principales questions qu’ils m’ont adressées :

  • Doit-on vider nos REER au plus vite pour éviter de payer trop d’impôt plus tard?
  • Doit-on garder conserver nos placements dans 6 institutions distincts?
  • Comment s’assurer qu’on ne payera pas trop d’impôt?
  • Si un des deux tombe malade ou décède, comment va-t-on se retrouver là-dedans?

Et ce n’est là qu’un bref aperçu des bonnes questions auxquelles il faudra bien répondre. Notre couple n’a plus le choix. Il faut mettre en place un plan de décaissement, ou si vous préférez une « stratégie de retrait des économies ». Il faut démêler tout ça, rassembler les investissements REER, CELI, CRI et comptes comptants pour que cela s’intègre dans un ensemble cohérent et adapté à leur profil de tolérance au risque. La préoccupation de ne pas  mettre tous ses œufs dans le même panier était légitime, mais mal interprétée. A la place, ils ont éparpillé leurs avoirs sans structure ni objectif.

Décaisser ses économies intelligemment

  • Identifiez la somme de vos dépenses mensuelles
  • Identifiez la somme de vos revenus de régime de pension et d’état (SV + RRQ)
  • Rassemblez vos placements auprès d’un professionnel de confiance non orienté sur la vente de produits d’une bannière précise
  • Revoyez votre profil d’investisseur
  • Faites-vous faire un plan de décaissement stratégique et de succession
  • Décaissez d’abord vos placements comptant (non enregistrés) et CELI
  • Au besoin, convertissez vos REER et CRI en FERR et FRV