Doublement gagnant avec l’achat local

Chateau Frontenac

Auteure: Frédérique Poirier

Ce n’est pas nouveau au Québec, on aime encourager ce qui se fait de bien chez nous. Cet engouement est d’autant plus fort en cette période de crise sanitaire, qui nous incite à se serrer les coudes et à faire notre part pour favoriser nos producteurs et commerçants. J’ai une bonne nouvelle pour vous, c’est possible d’étendre cette habitude jusqu’à vos choix d’investissements. Eh oui! vous pouvez investir localement et ce, sans y laisser une miette de performance sur la table.

Comment? Vous avez plusieurs options. Il y a les traditionnels fonds de travailleurs, les classiques CSN et FTQ, qui sont assortis d’un juteux crédit d’impôt. Toutefois, on peut être limité par des plafonds de contributions de 5000$ ou encore, on souhaite avoir un peu plus de flexibilité. Dans ce cas, pas de problème!

J’ai identifié pour vous deux alternatives dont vous pourrez discuter avec votre conseiller. La première est en gestion active; Fiera Capital – qui est par ailleurs un important gestionnaire québécois – nous propose une solution distribuée par la Banque Nationale « Fonds Croissance Québec BNI », qui a pour but de sélectionner des entreprises dont le siège social ou une part importante des affaires se déroule au Québec et qui contribuent par la même occasion à l’économie locale. Depuis 10 ans, elle a généré un rendement annuel moyen de 10,99%. En second lieu, du côté de la gestion passive, le FNB Indice Morningstar Banque Nationale de CI First Asset, a pour mandat de reproduire un indice qui regroupe des compagnies publiques ayant une valeur minimale de 150 millions de dollars dont le siège social est au Québec. Depuis sa création en 2012, cette solution a généré un rendement annuel moyen de 9,07%.

Avec de pareilles options qui s’offrent à nous, force est de constater qu’on ne sacrifie ni le rendement, ni nos valeurs! On encourage ainsi des entreprises de qualité qui contribuent à la société québécoise et qui nous le rendent bien – résultats à l’appui.

Consultez la page de la conseillère Frédérique Poirier